Ame vivante

25 novembre 2021

L'idéal de l'unité humaine (2)

 

Source: Flickr

 

                                 " (...) Dans les relations entre l'individu et le groupe, la méthode constante de la Nature prend l'aspect d'une lutte entre deux tendances humaines aussi profondément enracinées l'une que l'autre = l'individualisme et le collectivisme. D'un côté, nous avons l'Etat avec son autorité, sa perfection et son développement accaparants. De l'autre, l'homme individuel avec sa liberté, sa perfection et son développement distinctifs. L'idée d'Etat, machine vivante, petite ou grande, et l'idée de l'homme, personne de plus en plus distincte et lumineuse, dieu en croissance, se trouvent en perpétuelle opposition. C'était la famille, la tribu ou la cité (polis), c'est devenu le clan, la castre ou la classe (gens). C'est maintenant la nation. Demain ou après-demain, ce sera toute l'humanité. Mais même alors la question continuera de se poser entre l'homme et l'humanité, entre la personne en voie de libération et la collectivité accaparante.

(...) Après tout, qu'est-ce que l'idée d'Etat ? Théoriquement, c'est la subordination de l'individu au bien de tous. Pratiquement, c'est sa subordination à un égoïsme collectif -politique, militaire et économique- qui cherche à satisfaire certaines visées et ambitions collectives concues et imposées à la grande masse des individus par un nombre plus ou moins restreint de personnes dirigeantes qui sont censées représenter la communauté d'une manière quelconque. Peu importe que ces personnes appartiennent à une classe gouvernante ou qu'elles émergent de la masse par la force de leur caractère, cela ne fait aucune différence essentielle. Dans tous les cas, il n'est aucune garantie que la classe dirigeante ou le corps dirigeant représente la meilleure intelligence de la nation ni ses buts les plus nobles ni ses instincts supérieurs.

Rien de tel n'existe chez le politicien moderne, en aucune partie du monde. Il ne représente pas l'âme d'un peuple ni ses aspirations. Ce qu'il représente, d'habitude, c'est toute la petitesse moyenne, l'égoïsme, l'égocentrisme et la duplicité qui l'entourent. Cela, il le représente assez bien, et aussi beaucoup d'incompétence mentale et de conventions morales, de timidité, de prétention. De grands problèmes se présentent souvent à sa décision, mais il ne les traite pas avec grandeur. Des paroles élevées et de nobles idées sont sur ses lèvres, mais bien vite elles deviennent le boniment d'un parti. La maladie et le mensonge de la vie politique moderne sont évidents dans tous les pays du monde. Seul le consentement hypnotisé de tous (et même des classes intellectuelles) à cette grande imposture organisée, masque et prolonge la maladie. Et pourtant, ce sont ces mentalités-là qui ont à décider du bien de tous. C'est à ces mains-là que notre bien doit être confié. C'est à ces agents, parés du nom d'Etat, que, de plus en plus, l'individu est mis en demeure d'abandonner la  gestion de ses activité. En fait, ce n'est d'aucune facon le plus grand bien de tous qui est ainsi assuré, mais beaucoup de mal et de confusion organisée, avec pourtant un peu de bien qui s'achemine vers un progès réel, car, toujours, la Nature va de l'avant, malgré tous les faux-pas, et finalement elle atteint son but en dépit de l'imparfaite mentalité de l'homme, plus souvent que grâce à elle.

(...) Il est donc tout à fait improbable que dans l'état actuel de l'espèce, une saine unité humaine puisse s'établir par un mécanisme d'Etat, fusse par un groupement d'Etats puissants et organisés jouissant entre eux de relations réglées et légalisées, ou par un Etat mondial unique qui se substituerait à l'actuel concert des nations, mi-chaotique, mi-ordonné, et la forme de cet Etat mondial fût-elle un unique empire comme l'Empire romain, ou une unité fédérée. Il se peut qu'une unité de ce genre soit destinée à naître dans le proche avenir humain afin d'accoutumer l'espèce à l'idée et à la possibilité d'une vie commune, mais pareille unité ne peut pas vraiment être saine, durable ni profitable pour la destinée humaine , à moins que n'apparaisse quelque chose de plus profond, de plus intérieur et de plus vrai. Autrement,  l'expérience du monde antique se répétera à une plus grande échelle et en d'autres circonstances. L'entreprise s'effondrera, cédant la place à un nouvel âge de reconstruction dans la confusion et l'anarchie. Peut-être cette expérience aussi est-elle nécessaire à l'être humain. Pourtant il devrait nous être possible maintenant de l'éviter si nous subordonnons les agents mécaniques à notre développement vrai en cultivant une humanité moralisée et même spiritualisée qui sera unifiée, non seulement dans sa vie extérieure et dans son corps, mais dans son âme intérieure." (à suivre)

Sri Aurobindo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 14:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 novembre 2021

L'idéal de l'unité humaine (1)

Source: Flickr

 

                         "La surface de la vie est facile à comprendre, ses lois, ses mouvements caractéristiques, son utilité pratique sont à notre portée et nous pouvons assez facilement et rapidement les saisir pour en tirer parti. Mais cela ne nous mène pas très loin. C'est suffisant pour la vie active et superficielle au jour le jour, mais non pour résoudre les grands problèmes de l'existence. Par contre, il nous est extrêmement difficile d'acquérir la connaissance des profondeurs de la vie, de ses secrets puissants et ses grandes lois cachées qui, en fait, déterminent tout. Nous n'avons pas trouvé le plomb qui sonde ces profondeurs-là. Elles nous apparaissent comme un mouvement vague et indéterminé, une obscurité profonde devant laquelle le mental recule volontiers pour jouer plutôt avec l'agitation, l'écume et les scintillements faciles de la surface. Pourtant, si nous voulions comprendre l'existence, ce sont ces profondeurs et leurs forces invisibles qu'il nous faudrait connaître. 

(...) Rien n'est plus obscur pour l'humanité, moins accessible à son entendement, que sa propre vie commune et collective, tant dans la force qui la meut que dans la perception du but vers lequel elle se meut. La sociologie ne nous aide pas, elle nous donne seulement un récit général du passé et un énoncé des conditions extérieures dans lesquelles les communautés ont pu survivre. L'histoire ne nous enseigne rien, c'est un torrent confus d'événements et de personnalités, un kaléidoscope d'institutions changeantes. Nous ne saisissons pas le sens vrai de tous ces changements et de ce flot continuel de vie humaine dans les artères du Temps. Ce que nous percevons, ce sont des phénomènes qui passent et repassent, des généralisations faciles, des idées partielles. Nous parlons de démocratie, aristocratie et autocratie, de collectivisme et d'individualisme, d'impérialisme et de nationalisme, de l'Etat et de la Commune, du capitalisme et du socialisme. Nous avancons des généralisations hâtives et fabriquons des systèmes absolus, proclamés péremptoirement aujourd'hui et abandonnés par force demain. Nous épousons des causes et des enthousiasmes dont le triomphe se change vite en désenchantement, puis nous les laissons pour d'autres, peut-être ceux-là même que nous avions eu tant de mal à abattre. Pendant un siècle entier, l'humanité a soif de liberté, se bat pour elle et la conquiert au prix amer d'un dur labeur et de larmes et de sang. Le siècle qui en jouit sans avoir lutté pour elle, s'en détourne comme d'une illusion puérile, prêt à renoncer à cet avantage déprécié si tel doit être le prix de quelque bien nouveau. Ceci vient de ce que notre pensée et notre action sont tout entières à fleur de peau, empiriques quand il s'agit de notre vie collective. Elles ne cherchent pas, elles ne se fondent pas sur une connaissance solide, profonde, complète. La morale à tirer n'est point de la vanité de la vie humaine et de ses ardeurs, ses enthousiasmes ni des idéaux qu'elle poursuit, mais de la nécessité d'une recherche plus sage, plus large, plus patiente, pour trouver notre vraie loi et notre vrai but.

(...) L'Empire romain est l'exemple historique de l'organisation d'une unité qui transcendait les limites de la nation. Les avantages et les inconvénients de cette organisation y sont aussi parfaitement illustrés. Les avantages se résument à une organisation admirable, à la paix, la sécurité générale, l'ordre et le bien-être matériel. L'inconvénient apparaît quand l'individu, la cité et la région sacrifient l'indépendance de leur vie et deviennent les rouages d'une machine = la vie perd sa couleur, sa richesse, sa variété, sa liberté et sa victorieuse inspiration créatrice. L'organisation est grande et admirable, mais les individus dépérissent, sont écrasés, submergés, et finalement, avec le rapetissement et l'affaiblissement de l'individu, l'énorme organisation perd lentement, mais inévitablement, la vitalité même qui la faisait vivre = elle meurt de stagnation grandissante. Même si, du dehors, elle paraît entière et intacte, la structure est pourrie, et au premier choc de l'extérieur, elle commence à craquer et se désagrège. Ces organisations, et ces périodes, ont une immense utilité de conservation, ainsi l'Empire romain a-t-il servi à consolider les gains des siècles féconds qui l'avaient précédé. Mais elles arrêtent lavie et la croissance.

Nous voyons donc ce qui se passerait probablement si, comme certains ont commencé à le rêver aujourd'hui, il se produisait une unification sociale, administrative et politique de l'humanité. Une formidable organisation deviendrait nécessaire, sous laquelle la vie individuelle et régionale seraient écrasées, rapetissées, privées de leur essentielle liberté, telle une plante qui n'aurait ni pluie, ni vent ni soleil. Après, peut-être, une première explosion d'activité joyeuse et satisfaite, l'humanité entrerait dans une longue période de pur conservatisme, de stagnation, et finalement de décadence.

Cependant, il est évident que l'unité de l'espèce humaine fait partie du plan final de la Nature et qu'elle doit se produire. Mais pour cela, d'autres conditions sont nécessaires et des garanties qui garderont intactes les racines de la vitalité de l'espèce et sa riche diversité dans l'unité."  (à suivre)

SRI  AUROBINDO

Posté par Aube03 à 16:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 septembre 2021

Qui es-tu vraiment ?

Source: Flickr

 

Source: Flickr

 

 

 

 "S'il te plaît, ne me parle pas de la 'Pure Conscience' ou de 'Demeurer dans l'Absolu'.

Je veux voir comment tu traites ta partenaire, tes enfants, tes parents, ton précieux corps.

 

S'il te plaît, ne me fais pas un cours sur 'L'illusion du soi séparé' ou sur la façon dont tu as atteint le bonheur permanent en seulement 7 jours.

 

Je veux sentir ton coeur rayonner d'une chaleur réelle.

 

Je veux entendre comment tu écoutes, comment tu encaisses toute information qui ne correspond pas à ta philosophie personnelle.

Je veux voir comment tu t'y prends avec les personnes qui ne sont pas d'accord avec toi.

Ne me dis pas à quel point tu as fait du chemin, à quel point tu es libre de l'ego.

Je veux te connaître sous les mots.

Je veux savoir à quoi tu ressembles lorsque les problèmes te tombent dessus.

Si tu peux accepter pleinement ta douleur sans prétendre être invulnérable.

Si tu peux sentir ta colère sans basculer dans la violence.

Si tu peux accorder un passage sûr à ton chagrin sans en être esclave."


Jeff Foster

Posté par Aube03 à 21:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 septembre 2021

Un plan étonnant...

 

 

Posté par Aube03 à 23:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 août 2021

Force intérieure

 

Source: Flickr

 

 

Maintenir à tout prix la cadence régulière,

La douceur harmonieuse de notre vie sur terre

Est tâche difficile en ce monde bouillonnant

Qui attise les passions, les désirs trop urgents,

Les tentations multiples, les envolées fugaces,

Les actions de prestige, les volontés tenaces,

Tout autant qu'il appelle à toutes les prudences,

Exalte les angoisses, les peurs et les méfiances.

 

Nous voilà tiraillés entre deux obsessions :

Soif de sensations fortes et sécurisation.

D'un côté narcissisme, pouvoir de séduction,

Technologies de pointe, aventures et missions,

De l'autre terrorisme, méfiance, surprotection,

Tabous, hypocondries, torpeur et soumission.

 

Ballotés et hagards

Sur la voie de nulle part,

Aveugles et impuissants,

Nous suivons le mouvement.

 

Mais comment résister,

Ne pas tourbillonner,

Trouver un terrain stable

Et une paix durable ?

 

Tout est dans la mesure,

Le dosage en lieu sûr,

Là où l'être intérieur

Détient les vraies valeurs,

Le lieu où l'immuable,

Lui seul sera capable

D'éclairer notre esprit,

Nous donner un appui.

 

Quand tout s'écroule autour,

Quand règnent les vautours,

La force du dedans

Défie les ouragans.

Et l'âme inébranlable

Nous rend imperturbables

Face au chant des sirènes,

Aux alléchantes aubaines,

Aux intimidations,

Aux diverses pressions.

 

L'acte se fait finesse,

Le sens délicatesse,

Le jugement souplesse,

La parole justesse.

 

L'ordre ainsi rétabli,

En l'être recueilli,

Impose son destin

A l'homme de demain

Qui, aujourd'hui naïf,

Arrogant ou plaintif,

Peine vers les sommets

De sa maturité,

Sans même soupçonner

Vers quelle félicité,

Vers quelle gloire infinie

Son effort le conduit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2021

Que la Mort me pardonne

 

 

Source: Flickr

 

 

 

 Que la Mort me pardonne

Mes termes audacieux,

Rebelle, je lui donne

Des rides aux coins des yeux.



Devant mon air goguenard,

Ma santé indécente,

Elle se fait renard

A la ruse grinçante.

 

Elle veut régner en maître

Sur nos tombeaux fumants

Moi je ne veux connaître

Que le buisson ardent.

 

Ombre géante, elle plane

Au-dessus de nos têtes,

Mais confiant je profane

Ses menaces qui guettent.

 

Son rictus impeccable

Ne m'impressionne pas,

Je marche imperturbable,

Evitant les faux-pas.

 

A quoi bon cultiver

Douleurs et nostalgies ?

Pourquoi se lamenter ?

La vie est un défi.

 

Alors que le glas sonne

L'heure du fatalisme,

Que la Mort me pardonne

Mon regain d'optimisme !

 

Je suis enfant terrible

Dans son jardin funeste.

Elle a raté sa cible,

Sur terre, j'y suis, j'y reste !

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 19:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 août 2021

La liberté, valeur universelle, n'est pas négociable

 

Je ne suis pas responsable de la santé des autres, et les autres ne sont pas responsables de la mienne. Assumons les conséquences de notre mode de vie et notre karma. Devenons adultes !

Posté par Aube03 à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2021

Et c'est reparti comme en 40 !

L'histoire se répète, encore et encore...

 

11_12_740x431

Posté par Aube03 à 15:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2021

Vrai ou faux ?

 

Source: Flickr

 

 

       RECAPITULONS :

 

- faux cils

- faux ongles

- faux cheveux

- faux seins

- fausses fesses

- faux nez

- fausse bouche

- fausses dents

- fausse moustache

- faux pas

- faux semblants

- faux jetons...

 

Aïe, j'appartiens à certaines catégories (je ne dirai pas lesquelles). Mais, ouf, pas toutes !

O Dieu créateur, comment tu nous as faits ? On est si imparfaits !

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 13:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 août 2021

Le monde futur

 

Attendez-vous à d'immenses transformations !

10/07/2021 " Le message que nous aimerions vous donner aujourd'hui est que vous soyez très vigilants envers tout ce que vous pourrez entendre en nouvelles, fausses ou vraies, comme vous dites "fake news" ou pas. Donc vous aurez des informations très perturbantes. Par rapport à ces informations vous aurez des doutes, et vous serez vous-mêmes dans la confusion.

https://ducielalaterre.org

 

Posté par Aube03 à 21:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]