Ame vivante

17 août 2022

Les langues

 

Source: Flickr

Je me plais à écrire en poésie, en prose, à lire et à redire les mots "osmose","métamorphose", "apothéose"...

Enfant, j'étais avide de magie littéraire : mots surgis de nulle part ou hérités peut-être de nos lointains ancêtres ; mots ailés, mots boisés, sucrés, acidulés, mots langoureux, mots secs et rocailleux, doctes ou mystérieux qui berçaient tendrement mon esprit voyageur et l'emportaient bien loin des affres de la vie. Je ne connaissais pas leur signification mais le charme des sons savamment enrobés d'une élégance graphique suffisaient à mon âme pour combler de plaisir mon espace intérieur.

Le langage, dit-on, détermine en grande partie le caractère d'un peuple. C'est possible...! Ayant étudié plusieurs langues étrangères et travaillé à leur traduction, j'ai été amenée à établir des comparaisons et à faire des découvertes intéressantes.

On peut remarquer que les langues composées de beaucoup de voyelles ouvertes (telles que l'espagnol et l'italien) appartiennent à des peuples particulièrement extravertis voire bruyants. En revanche, la langue portugaise, très différente à l'oral, comprend beaucoup de phonèmes nasaux et chuintés (comme le finlandais), et effectivement, les Portugais sont des personnes assez sobres et discrètes, ainsi que les Finlandais. Par ailleurs, l'accent brésilien se caractėrise par ses voyelles fortement prononcées, et nous connaissons le tempérament enjoué et désinhibé de ce peuple. Nous pouvons aussi remarquer ce phénomène avec le français au Québec et l'anglais aux USA... En Fance, nous avons les deux, d'où peut-être une certaine versatilité, une certaine facilité à passer de l'humeur romantique à l'humeur colérique et vice versa.

Il y a aussi la structure du langagage, sa syntaxe. Curieusement, la langue allemande présente sa phrase en plaçant le verbe à la fin. Cela signifie-t-il que l'action est plus importante que le reste ? "Wilfried un énorme plat de viande sur la table a...". A quoi ? Mangé ? Découpé ? Renversé ? Suspense !!! On nous présente les circonstances mais il faut attendre la fin de la phrase pour connaître l'histoire. L'avantage, c'est que l'orateur risque moins d'être interrompu. Ca doit favoriser l'écoute attentive...!

Et puis il y a l'aspect culturel. Il y a une sorte de complicité ancestrale que même un étranger ayant une très bonne connaissance de la langue étudiėe ne peut pénétrer aisément. Le français, particulièrement, regorge de références langagières passées dans le vocabulaire courant que nous utilisons sans même nous en apercevoir : dictons populaires, moralités des fables de Lafontaine, citations de multiples auteurs de la littérature, extraits de textes blibliques, répliques de théâtre, jusqu'aux expressions cultes empruntées aux chansons et aux films cinématographiques.

 J'aime la sensibilité littéraire naturelle du peuple français et je souris toujours lorsque je vois sur l'autoroute les panneaux de signalisation et leurs messages de prudence rédigés en vers ! Sans parler des jeux de mots qui sont carrément un sport national.

 Une autre remarque qui appelle mon attention : les accents toniques. En anglais, c,est flagrant : si vous ne prononcez pas le mot avec l'accent tonique sur la bonne syllabe, on ne vous comprend pas ! C'est très strict. Il y en a aussi en espagnol, en italien et en portugais mais on vous comprend quand même si vous le ratez. En allemand, il n'y en a pas vraiment mais il y a une musique de la langue.

En français, il n'y a pas d'accents toniques obligatoires. La personne qui parle le met où elle veut selon le sentiment qu'elle veut exprimer. Essayez seulement de dire "oh, la, la !" quand vous êtes étonné, joyeux, dépité, catastrophé, admiratif, etc... Pas non plus de musique de la phrase, pas de règle, on la compose librement. Cela aurait-il une influence sur notre caractère national réputé rebelle, râleur et parfois explosif ? (Je fais ce que veux !).

Bref, l'étude des langues est un vaste sujet qui demande beaucoup de connaissances historiques, linguistiques, géographiques, ethniques... Je ne fais qu'ébaucher quelques petites réflexiions tirées de mon expérience personnelle, au fil de mes observations et de mes interrogations, hors des sentiers battus si possible.

Je voudrais ajouter que si l'union des peuples est une nécessité, leur diversité reste une richesse inaliénable. Les humains peuvent très bien réaliser l'unité, la tolérance, la compréhension réciproque en respectant la spécificité de chacun.

La tendance des gouvernants actuels à vouloir uniformiser la planète et ses habitants ne doit pas détruire ni assujettir l'originalité, la créativité, la liberté individuelles et collectives. Ce ne serait pas l'Unité véritable. Nous sommes Un et Multiple à la fois.

 

 

Posté par Aube03 à 12:59 - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 mars 2022

Voulons-nous la paix ?

Voici une perdpective éclaiante de la situation mondiale actuelle par Sylvain Didelot (medium).

La paix n'est peut-être pas ce que nous croyons, surtout la manière de l´obtenir...

https://youtu.be/sMDxy6pUJM4

Posté par Aube03 à 14:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]
30 janvier 2022

De tout cœur avec vous, les Canadiens !

 

 

Posté par Aube03 à 17:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 janvier 2022

Prendre de la hauteur

Posté par Aube03 à 18:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 janvier 2022

2022 : l’opposition ou la conciliation

 

Source: Flickr

 

 

Ah, la symbolique du chiffre 2 ! 

Il faut être au moins deux pour se battre ou pour s'embrasser, pour s'insulter ou se dire des mots doux, pour contrôler ou faire confiance, pour imposer sa loi ou tenir compte du point de vue de l'autre, pour humilier ou reconnaître les qualités de chacun, pour prendre tout ou partager, pour dominer ou co-créer.

Difficile de sortir du cercle fermé de l'ego ! Les convictions personnelles gardent les clés de la serrure.

Que faire ? Renoncer ? Persister ? Espérer ?

Comment s'ouvrir à l'autre sans perdre son intuition de la vérité ? Comment accepter l'inacceptable sans perdre son âme ?

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 22:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 janvier 2022

Les âmes ensommeillées

Illusions  

 

 

Source: Flickr

Parfois sous le vernis

Se cache l'infamie,

Sous la grandiloquence

De mesquines vengeances,

Sous les mots charitables,

Des buts inavouables,

Sous une vaine élégance

De rustiques outrances.


Il y a la noblesse

Des marquis et comtesses,

Celle des apparâts

Aux sommets de l'Etat,

Gloires d´un éphémère

Passage sur notre Terre.

Puis la noblesse d'âme,

Cette éternelle flamme

Qui jamais ne renie

La mission de sa vie.

 

Il y a l'être branlant,

Titubant, succombant

 Au doux chant des sirènes

Incitant à la haine.

Diviser, diviser,

Toujours pour mieux régner,

L'ego séparateur

Est le dieu des "vainqueurs".


Ambition sans limites,

Toujours plus et plus vite...

Quelle obsession obscure

Érige en fière armure

Votre image exaltée,

De pouvoir assoiffée ?

Est-ce un vide intérieur,

Une angoisse, une peur,

Un besoin trop ardent

De se sentir vivant ???

 

Reprenez vos esprits,

Ambitieux démunis, 

L'âme en vous qui sommeille

Attend votre réveil !

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 14:29 - Commentaires [5] - Permalien [#]
02 janvier 2022

Ancien monde, nouveau monde…

Source: Flickr.              
.             J'entends beaucoup parler d'"ancien monde" et de "nouveau monde".

L'ancien monde serait celui que nous avons connu et que nous serions en train de quitter.

Cet ancien monde est l'objet de toutes les critiques pour les uns et de toutes les nostalgies pour les autres. Il est le temps du non respect de la planète, des femmes, des handicapés, des enfants, des animaux, des homos, des étrangers ; le temps du gaspillage, de la course à l'argent, au pouvoir, au paraître ; le temps de la technologie déshumanisante, de l'égoïsme, du narcissisme, du cynisme. Il est aussi le temps de la résistance anti-nazie, des conquêtes pour la liberté, d'un certain bien-être économique, d'une organisation sociale efficace, d'un progrès de l'éducation, d'une protection civile, médicale, administrative...

Le nouveau monde sera, paraît-il, merveilleux, empli de fraternité, d´amour inconditionnel, d'entraide, de joie partagée, de paix, de bienveillance. D'ici là...!

Les circonstances extérieures ne suffisent pas à transformer les hommes. Les vieux démons, enfouis dans les profondeurs, ressurgissent à la première occasion mais sont vite balayés ou maquillés et faussement transformés en vertus. Il y a donc des océans de crasse à nettoyer, individuellement et collectivement. J'aime croire aux miracles mais des millions de tonnes de boue ne disparaissent pas en un jour car il faut non seulement la dėceler en soi, il faut aussi vouloir l'éliminer. Cesser d'alimenter nos peurs en s'y cramponnant, cesser de céder à nos colères, nos jugements, nos méfiances, nos doutes, nos tristesses, nos désespoirs...

Sommes-nous arrivés à une époque charnière de notre évolution ? Sommes-nous en train de vivre une transition inédite dans notre histoire terrestre ?

Notre humanité a connu des personnages exceptionnels, des penseurs, des philosophes, des artistes, des êtres spirituellement très évolués qui ont éclairé les esprits, souvent au péril de leur vie face à la barbarie de leur époque. Mais leur influence n'aura pas été inutile ; aujourd'hui, un nombre grandissant d´individus sont en quête de vérité, travaillent sur eux, cherchent à s'améliorer. Leur tâche n'est pas facile dans une civilisation de matérialisme, de méfiance et d'incroyance. Et peut-être le moment est-il arrivé pour TOUS de s'adonner à l'introspection. Les émotions sortent au grand jour, plus moyen de cacher les névroses dans les sombres dédales du subconscient ; elles sont bien là, remontées à la surface, évidentes, éclatant au grand jour, attirant l'attention pour être traitées.

Notre monde ne peut progresser notablement que si toute la masse se soulève afin d' atteindre un autre niveau de conscience. Apparemment, nous étions prêts à vivre cette épreuve, capables de la supporter. Ele était nécessaire. Nous nous précipitions allègrement vers l'auto-destruction dans une course effrénée au "toujours plus". Plus de quoi ? Plus pour quoi ? Pour remplir un vide intérieur que les technologies tentent de combler ? Mais seule l'âme est capable d'apporter la sensation de plénitude. Il était temps de rétablir la vérité, redresser la barre, chasser le mensonge, repartir à zéro, le zéro de l'infini, le centre véritable de notre être. Il était temps de retrouver la vision de l'essentiel.

Gestation approchant de son terme ou plein accouchement ? 2022 nous en dira certainement plus. Pour l'instant, le bébé du nouveau monde n'est pas encore visible...

 

 

 

 

Posté par Aube03 à 21:05 - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 décembre 2021

Les histoires…

  

Source: Flickr

Les histoires imaginaires n'ont-elles pas de valeur ? 

 Cela dépend de la qualité de l'imagination. Si vous dites que de développer l'imagination est une bonne chose, c'est vrai, seulement il faut faire attention à ne pas développer une imagination mensongère.

Les histoires imaginées ne mettent-elles pas en contact avec la vie, avec la vérité ?

Pas toujours ! 
Ne croyez-vous pas qu'il y ait assez de choses laides dans la vie sans en donner une image dans les livres ? C'est une chose qui m'a toujours étonnée, même quand j'étais enfant : la vie est si laide, si pleine de choses mesquines, misérables même parfois répugnantes, à quoi sert-il d'imaginer encore pire que ce qui est ? Si l'on imaginait quelque chose de plus beau, une vie plus belle, voilà qui vaudrait la peine. Les gens qui se plaisent à écrire des choses laides font preuve d'une grande pauvreté d'esprit - c'est toujours le signe d'une pauvreté d'esprit. Il est infiniment plus difficile de raconter une histoire belle d'un bout à l'autre, que d'écrire une histoire qui finit par un drame ou une catastrophe. Beaucoup d'auteurs, s'ils devaient écrire une histoire qui finit bien, d'une belle façon, ne pourraient pas le faire - ils n'ont pas assez d'imagination pour cela. Très peu d'histoires se terminent par un soulèvement, presque toutes se terminent par une chute - pour une raison très simple : il est beaucoup plus facile de tomber que de s'élever. Il est beaucoup plus difficile de finir son histoire sur une note de grandeur, de splendeur, de faire de son héros un génie qui cherche à se dépasser lui-même, parce qu'il faut être un génie soi-même pour cela, et ce n'est pas donné à tout le monde.

 

LA MÈRE

Posté par Aube03 à 20:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 décembre 2021

Le mental

 

 

 

 

Source: Flickr
Faut-il neutraliser les préférences ou les oublier ?

 «Il ne faut pas en avoir !

Quand le mental devient silencieux, quand il cesse de juger, de se mettre en avant avec son prétendu savoir, on commence à pouvoir résoudre le problème de la vie. Il faut s'abstenir de juger, car le mental est seulement un instrument d´action, pas un instrument de connaissance vraie - laconnaissance vraie vient d´ailleurs .

Si l´on s'abstenait de juger, on arriverait à une connaissance de plus en plus précise de la Vérité, et les neuf dixièmes de la misère du monde disparaîtraient.

Le grand désordre du monde serait en majeure partie neutralisé si le mental pouvait admettre qu´il ne sait pas.»

 

La Mère - Entretiens

Posté par Aube03 à 18:56 - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 décembre 2021

L'idéal de l'unité humaine (5)

 

Source: Flickr

 

                                              La liberté est aussi nécessaire à la vie que ne le sont les lois et un régime. La diversité est aussi nécessaire que l'unité à notre véritable plénitude. L'uniformité absolue équivaudrait à la cessation de la vie, alors qu'au contraire la vigueur de la pulsation de la vie peut se mesurer à la richesse des diversités qu'elle crée. Et pourtant, si la diversité est essentielle à la puissance et à la fécondité de la vie, l'unité est nécessaire à son ordre, à son aménagement, sa stabilité. Nous devons créer l'unité, mais non nécessairement l'uniformité. Si l'homme pouvait réaliser une unité spirituelle parfaite, aucune uniformité d'aucune sorte ne serait nécessaire, car le jeu le plus extrême de la diversité pourrait s'exercer sans risque sur cette base. (...) Mais tandis que la puissance de vie dans l'homme exige la diversité, sa raison favorise l'uniformité. Elle la préfère parce que l'uniformité lui donne une forte et facile illusion d'unité en guise d'unité réelle, à laquelle il est beaucoup plus difficile d'arriver. Elle la préfère aussi parce que l'uniformité facilite la tâche d'établir la loi, l'ordre et l'enrégimentation. Elle la préfère enfin parce que l'impulsion naturelle du mental humain est de faire de toute diversité un peu forte, une excuse de conflit et de séparation, et, par suite, l'uniformité lui semble le seul chemin sûr et facile de l'unification.

Du fait des défauts de notre mentalité, l'uniformité doit jusqu'à un certain point être admise et recherchée. Cependant, le vrai but de la Nature est une unité réelle qui servira de base à une diversité féconde. Son secret est assez clair si l'on voit comme elle insiste toujours sur une variété infinie , tout en faconnant selon un unique plan général. (...) La variation naturelle entre les communautés humaines suit le même plan que celle des individus. Chacune engendre son caractère propre, son principe de variation et sa loi naturelle. (...) Par conséquent, nous constatons que c'est dans l'harmonie de notre unité et de notre diversité que se trouve le secret de la vie.

Sri Aurobindo

 

 

Posté par Aube03 à 14:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]